10 Bonnes Pratiques pour rendre un Graphique Efficace

Comment rendre un graphique efficace ? Si cette liste de bonnes pratiques n’est pas exhaustive, elle vous aide d’ores et déjà à prendre conscience des améliorations que vous pouvez apporter à vos futures constructions graphiques.

1 – Le message que vous souhaitez faire passer au travers de votre graphique doit en devenir le titre conclusion. Utiliser un sous-titre descriptif si cela s’avère nécessaire.

2 – « Appliquer un faible ratio quantité d’informations/quantité d’encre pour donner de l’efficacité à votre graphique. » C’est ce qu’enseigne Edward Tufte, l’un des pères de la data visualisation.

Alors, pas de fioritures dans votre graphique ! Votre message est l’élément le plus important.

3 – Le choix du type de graphique pour mettre en image vos données ne doit évidemment pas être le fait au hasard. Les graphiques se classent en général en quatre catégories suivant ce que nous cherchons à mettre en évidence. Il peut s’agir d’une comparaison, d’une relation, d’une distribution ou d’une décomposition.

Une représentation graphique appropriée, c’est un temps de prise de décision raccourci.

4 – Le nombre de séries de données ne doit pas perturber la lisibilité de votre graphique.

A titre d’exemple, il est préférable de se limiter à trois ou quatre séries de données dans un graphique en ligne. Au-delà, cela tient plus du « graphique spaghetti ». Pour ce qui est d’un graphique en secteur, autrement appelé « camembert », il est préférable de se limiter à un maximum de cinq tranches correctement positionnées. Celui-ci est par ailleurs peu utilisé en data visualisation, car l’homme ne sait pas parfaitement apprécier à la fois les angles, les aires ou les arcs d’un cercle.

L’ouvrage de synthèse de Dona Wong, The Wall Street Journal – Guide to information graphics, est une référence incontournable dans le domaine.

5 – Appliquer les bonnes pratiques sur la construction d’un graphique, cela revient à comprendre les règles de perception visuelle de l’œil humain.

Parmi ces règles, il y a notamment celle du choix des couleurs. Un set de couleurs monochromes avec une couleur différenciante pour l’élément clé, est bien plus efficace que d’utiliser toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

De même, une bonne appréciation du contraste des couleurs est primordiale pour permettre à votre graphique d’être lu sans difficulté lors d’une présentation.

6 – La taille de la police de caractère, le positionnement et l’orientation des textes sont également des options importantes qui favorisent une lecture rapide du graphique.

A titre d’exemple, il est préférable d’écrire le titre des axes à l’horizontale pour éviter d’avoir à pencher la tête pendant la lecture.

7 – Il est important de ne pas déformer l’information par des proportions mal représentées, une graduation inappropriée ou un graphique étiré.

Edward Tufte mesure cette distorsion au travers d’un coefficient de mensonge qui est le rapport entre l’importance de l’effet visuel et l’importance de l’écart qualitatif. Un ratio proche de 1 est le signe d’un graphique qui traduit fidèlement les données.

8 – Le recours à un graphique 3D est à éviter. Le fait d’introduire cette 3ème dimension qu’est la profondeur pour donner du volume ne permet pas à l’œil humain d’évaluer correctement l’information.

En effet, même si cela vous laisse une impression d’esthétisme, cette option nuit en définitive à l’interprétation de votre message et vient dégrader le coefficient de mensonge.

9 – Le parcours de lecture d’un graphique va naturellement du haut vers le bas. Il convient dans ce cas de toujours mettre la légende du graphique au-dessus de celui-ci pour limiter le balayage visuel de la zone affichée par le lecteur.

10 – Enfin, pour venir appuyer l’ensemble des bonnes pratiques, nous pouvons conclure par le fait que, plus le temps d’assimilation est court plus un graphique est efficace.

Lors d’une présentation, le temps moyen d’attention que l’on accorde à la compréhension d’une diapositive est d’environ cinq secondes…Ainsi, nous comprenons mieux l’importance de la construction d’un graphique, et à quel point rien ne doit être laissé au hasard.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à découvrir l’ouvrage de Bernard Lebelle, Convaincre avec des graphiques efficaces au travers de son site http://www.impactvisuel.net.

Nous avons intégré le maximum de ces bonnes pratiques dans la conception de l’application Web DS Studio, afin de vous en faciliter la prise en main et de vous permettre de vous concentrer avant tout sur l’efficacité de vos messages.

 

Exemple :

datastory-francaise-des-jeux-graphique